Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juin 2006 4 29 /06 /juin /2006 14:04

Lundi férié 29 juin 1981, en la fête des saints apôtres Pierre et Paul.

Les voyants prient et chantent. La Vierge est là. Ils l’interrogent :

- Chère Gospa, es-tu heureuse de voir tant de monde aujourd’hui ?

- Plus qu’heureuse.

- Elle sourit, transmet Vicka, de plus en plus saisie par le regard aimant de la Gospa sur ce peuple.

- Combien de temps resteras-tu ?

- Aussi longtemps que vous le voudrez, mes anges.

Ils demandent à Notre-Dame ce qu’elle attend de ceux qui sont venus malgré la chaleur, les cailloux et les ronces.

- Il n’y a qu’un seul Dieu, une seule foi. Que le peuple croie fermement et craigne rien.

- Qu’attends-tu de nous ?

- Que vous ayez une foi solide et que vous gardiez confiance.

Ils désirent savoir s’ils seront assez forts pour supporter les persécutions ?

- Vous le pourrez mes anges, n’ayez pas peur. Vous supporterez tout ; vous devez croire et avoir confiance en moi.

A ce moment, le Docteur Glamuzina, qui travaille pour le gouvernement, demande à Vicka de poser la question : « Puis-je toucher Notre-Dame ? » Vicka montre au Docteur Glamuzina où tendre la main. Le Docteur avance le bras :

- J’ai ressenti comme un frisson, dira-t-elle plus tard à Vicka.

Les parents d’un enfant handicapé demandent aux voyants d’intercéder pour lui, en demandant à la Vierge de le guérir car les gens croiront en eux.

- Qu’ils croient fermement en sa guérison. Allez dans la paix de Dieu.

L’enfant fut guéri un peu plus tard dans la soirée.

Les évènements de ce lundi 29 juin 1981 sont relatés dans les deux ouvrages suivants:

- Père René Laurentin, "La Vierge apparaît-elle à Medjugorje?", Editions François-Xavier de Guibert.

- Cyrille Auboyneau,  "Paroles du Ciel", Editions des Béatitudes.

 

 

(Cf. La position de l'Eglise sur Medjugorje + Bibliographie février 2006).

Partager cet article
Repost0
28 juin 2006 3 28 /06 /juin /2006 14:45

Dimanche matin, 28 juin 1981.

A la messe de 8 h 30, le Père Jozo fait le point sur ce qui défraie toutes les conversations :

- Une apparition n’est pas essentielle à la vie de l’Eglise. Et il y a là-dessus un risque d’illusion. La foi et les sacrements, voilà l’important : « Il surgira des faux prophètes », disait le Christ (Mt 24. 11).

[C'est amusant, mais c'est aussi le thème de l'Evangile de ce 28 juin 2006 : l'Evangile du discernement par les "fruits" en Matthieu 7. 15-20...]

Après la messe, il convoque des paroissiens de confiance au presbytère :

- L’Eglise est sévère en ces matières et il faut éviter toute précipitation. Ne soutenons pas aveuglément ces jeunes ! insiste-t-il en regardant Marinko, leur protecteur.

A l’issue de la messe, le Père Jozo questionne de nouveau les voyants, à tour de rôle, avec magnétophone. Et d’abord Mirjana, sur qui converge les soupçons. Il continue à envisager les hypothèse les plus diverses : la drogue, le démon, un coup monté pour ridiculiser l’Eglise.

Ce dimanche 28, il y a sur la colline 10 à 15.000 personnes : record d’affluence. A l’emplacement des apparitions, des hommes ont ménagé un espace protégé par une barrière, pour que les voyants y soient tranquilles. Les six commencent à prier et à chanter.

- La voilà !

- Que veux-tu, disent les voyants.

- Que le peuple croie et persévère dans la foi.

- Qu’attends-tu des prêtres ?

La réponse se fait attendre. Vicka répète 3 fois sa question. Enfin, elle transmet la réponse :

- Qu’ils soient fermes dans la foi et qu’ils vous aident.

Ils demandent à Notre-Dame pourquoi elle n’apparaît pas à chacun dans l’Eglise :

- Heureux ceux qui croient sans avoir vu.

Ils veulent savoir si elle reviendra :

- Oui, au même endroit.

Les voyants demandent si elle préfère prier ou chanter.

- Les deux, prier et chanter.

- Que veux-tu de tous ceux qui sont rassemblés ici ?

Cette fois, pas de réponse.

« Mais elle regarde la foule et sourit avec amour, disent les voyants.

Trois fois, Vicka demande : « Chère Gospa, qu’attends-tu de ce peuple ? » 

- Que ceux qui ne voient pas croient comme ceux qui voient.

Une fois encore, les voyants demandent un signe pour que les gens ne pensent pas qu’ils sont des menteurs. Ils reçoivent simplement un sourire de Notre-Dame qui les salue et disparaît en disant :

- Allez dans la paix de Dieu.

Sur le chemin du retour, on apprend le détail suivant : à un moment donné, la Gospa est devenue triste. Quelqu’un dans la foule avait blasphémé. Les voyants avaient demandé que la foule s’agenouille :

- En quels termes a-t-elle demandé cela ? interroge Frère Victor.

- Elle l’a montré par le geste.

La foule descend au hameau. C’est fête au village en ce dimanche, avec une foule sans précédent. Le sermon du Père Jozo avait pourtant détourné de la colline une partie des paroissiens. Il les avait convoqués pour un Rosaire à l’église.

Les évènements de ce dimanche 28 juin 1981 sont relatés dans les deux ouvrages suivants:

- Père René Laurentin, "La Vierge apparaît-elle à Medjugorje?", Editions François-Xavier de Guibert.

- Cyrille Auboyneau,  "Paroles du Ciel", Editions des Béatitudes.

 

 

(Cf. La position de l'Eglise sur Medjugorje + Bibliographie février 2006).

Partager cet article
Repost0
27 juin 2006 2 27 /06 /juin /2006 12:25

Samedi 27 juin 1981, le Père Jozo Zovko, Curé de la Paroisse de Medjugorje, rentre de voyage.

Le matin, il rentre en passant par Mostar, pour visiter sa mère à l’hôpital. Sur le seuil, une femme le hèle d’un taxi : Draga Invankovic, l’épouse de Marinko : « Eh Jozo ! Que fais ton vicaire ? La Gospa vient chez nous, et il ne veut pas aller y voir ! »

Jozo est interloqué. En regagnant sa paroisse, l’évidence s’impose : des autos, des autos ! Elles ont envahi les abords de l’église et la file s’allonge sur le chemin. La foule se presse.

Le Père Zrinko, le vicaire, s’interroge : « Ne serait-ce pas la drogue ? Cette Mirjana fait ses études à Sarajevo, où ça gagne…

- N’est-ce pas un coup des communistes pour discréditer l’Eglise ? se demande quant-à-lui le Père Jozo. Ils ne m’aiment guère...

Les voyants seront interrogés ce jour-là par les deux prélats, puis par la police, et emmenés ensuite au centre hospitalier pour des examens médico-psychiatriques.

Il est presque 18 heures. Ils se rendent en taxi au lieu de l’apparition du 25. Deux franciscains, Victor et Zrincko les suivent.

Arrivés au lieu de l’apparition, la Dame est là, devant eux, lumineuse, sur son nuage, tout près. La foule énorme, les écrase. Tout le monde veut voir les voyants, à défaut de l’apparition. Marinko intervient pour les protéger.

Comme dans chaque apparition, Notre-Dame commence par les saluer :

- Loué soit Jésus !

Le petit Jacov pose la question que les deux prêtres venus pour la première fois lui ont suggérés :

- Qu’attends-tu de nos franciscains ?

- Qu’ils soient persévérants dans la foi et qu’ils protègent la foi du peuple.

- Laisse-nous un signe, insistent à nouveau Jacov et Mirjana, qu’on ne nous dise pas menteurs ou drogués.

- Mes anges, n’ayez pas peur de l’injustice. Elle a toujours existé.

Les voyants demandent : « Comment devons-nous prier ? »

- Continuez à réciter sept « Pater » et sept « Ave » et sept « Gloria ». Mais ajoutez-y le « Credo ».

- Au revoir mes anges, allez dans la paix de Dieu.

 

 

Les évènements de ce samedi 27 juin 1981 sont relatés dans les deux ouvrages suivants:

- Père René Laurentin, "La Vierge apparaît-elle à Medjugorje?", Editions François-Xavier de Guibert.

- Cyrille Auboyneau,  "Paroles du Ciel", Editions des Béatitudes.

 

 

(Cf. La position de l'Eglise sur Medjugorje + Bibliographie février 2006).

Partager cet article
Repost0
26 juin 2006 1 26 /06 /juin /2006 17:27

Vendredi 26 juin 1981.

Le groupe des six enfants (Ivanka, Mirjana, Vicka, Ivan Dragicevic, Marija et Jacov) retourne sur le lieu de la première apparition. Marinko, qui habite entre Vicka et Marija, les accompagne.

Soudain, les enfants disparaissent dans les fourrés. Ils sont attirés deux à trois cent mètres plus à droite, un peu plus haut. Marinko, lui, ne voit rien.

Lorsqu’ils arrivent, 1.000 personnes les y ont précédé. La rumeur a-t-elle suffi à rassembler tant de monde ? Non, une lumière a jailli par trois fois. On l’a vue au-delà du village.

Vicka s’est munie d’une bouteille d’eau bénite, sur le conseil de sa maman.

- Si ce n’est pas bon, l’eau bénite la chassera ! disait la mère.

La voilà donc qui asperge vigoureusement l’apparition, comme autrefois Bernadette, en adjurant :

- Si tu es la Gospa, reste avec nous ; sinon, laisse-nous !

La Gospa sourit. Elle semble heureuse de ce rite, et répond en souriant :

- N’ayez pas peur, c’est moi !

Ivanka demande pourquoi elle est venue ici et ce qu’elle désire d’eux. Notre-Dame répond :

- Je suis venue parce qu’il y a ici beaucoup de vrais croyants. Je désire être avec vous pour convertir et réconcilier le monde entier.

Ivanka demande si sa maman a dit quelque chose pour elle :

- Obéis à la grand-mère et aide-la, parce qu’elle est âgée !

Mirjana demande des nouvelles de son grand-père décédé récemment :

- Il est bien.

Les voyants à la demande de la foule réclament un signe pour prouver la réalité des apparitions :

- Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui croient !

Mirjana demande : « Qui es-tu ? »

- Je suis la Bienheureuse Vierge Marie.

Autres questions des enfants :

- Pourquoi nous apparais-tu à nous ? Nous ne sommes pas meilleurs que les autres ?

- Je ne choisis pas forcément les meilleurs.

Reviendras-tu ?

- Oui, au même endroit qu’hier.

C’est ce jour-là qu’ils ont entendu les premiers mots, les mots clefs, du message, qui reviendront aux apparitions suivantes :

- Paix, Paix, Paix ! Réconciliez-vous !

Puis ces mots d’adieu :

- Allez dans la paix de Dieu.

« En descendant, raconte Vicka, Marija, qui marchait toujours vite, nous avait devancés. Elle était seule, et tout d’un coup, elle s’est trouvée à côté du chemin, comme si elle avait été poussée par quelqu’un… du côté gauche. Alors la Sainte Vierge lui est apparue, à elle seule, avec une grande croix. Elle était triste et parlait en pleurant :

- Paix, paix, paix, réconciliez-vous ! Seulement la paix ! Faites la paix avec Dieu et entre vous. Pour cela, il vous faut croire, prier, jeûner et vous confesser.

Marija sort de là, bouleversée : la croix et les larmes de Marie ont pénétré profondément dans son cœur…

Une épreuve commence, qui va durer pour les voyants :

- La foule nous assiégeait. Tout le monde voulait savoir ce qui s’était passé, jusque tard dans la nuit.

Les évènements de ce vendredi 26 juin 1981 sont relatés dans les deux ouvrages suivants:

- Père René Laurentin, "La Vierge apparaît-elle à Medjugorje?", Editions François-Xavier de Guibert.

- Cyrille Auboyneau,  "Paroles du Ciel", Editions des Béatitudes.

 

 

(Cf. La position de l'Eglise sur Medjugorje + Bibliographie février 2006).

Partager cet article
Repost0
25 juin 2006 7 25 /06 /juin /2006 11:36

Lu dans l'Echo de Marie Reine de la Paix, n° 187 (mai-juin 2006), page 6, sous la plume de Don Nicolino Mori :

Le 25 juin 2006 marque les 25 ans d’apparitions de la Sainte Vierge à Medjugorje. Un fait extraordinaire sous de nombreux aspects, qui a déjà fait couler beaucoup d’encre, et ce fleuve, selon toute probabilité, deviendra encore plus grand par tout ce qu’on déclarera et écrira encore.

Mais la Sainte Vierge ne vient pas pour faire écrire des livres ou pour faire discuter les prêtres. Notre-Dame a au cœur le salut du monde, ou mieux, de chaque fils de Dieu, qui vient sur la terre dans cette génération.

Pour moi, cette échéance de 25 ans renvoie à une autre échéance, celle du Jubilé qui tombe aussi tous les 25 ans et qui est appelé « année de grâce » depuis l’Ancien Testament. Et la référence biblique qu’elle me suggère est le passage du prophète Isaïe : « L’Esprit du Seigneur est sur moi… parce qu’il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, panser les plaies des cœurs brisés, proclamer la liberté aux prisonniers, promulguer l’année de grâce du Seigneur » (Is. 61. 1 ss).

En relisant ces lignes, on trouve tout Medjugorje. Qui, plus que Marie a reçu en cadeau l’Esprit du Seigneur ? Elle en est l’épouse ; a conçu par son œuvre ; elle a été couverte de son ombre et, pour que ceci n’apparaisse pas un cas singulier, elle a partagé le don de l’Esprit avec les Apôtres à la Pentecôte, c’est-à-dire avec l’Eglise naissante. Comme [« membre suréminent et absolument unique de l'Eglise, modèle et exemplaire admirables pour celle-ci dans la foi et dans la charité », ainsi que la] définit le Concile Vatican II (LG 53), Marie possède toutes les caractéristiques et les fonctions que Jésus, chef du Corps Mystique, a transmis à tout le peuple de Dieu : la fonction prophétique, sacerdotale et royale.

Il n’y a pas de prophète qui ne soit mandaté, et Marie a dit à de nombreuses reprises que ces apparitions ne sont pas de sa propre initiative, mais c’est Dieu qui l’envoie, quand et où Il veut. A ce propos, peu de sens ont les commentaires un peu ironiques de certains auxquels il semble que la Sainte Vierge parle un peu trop. Le prophète envoyé par Dieu est une sentinelle et ne peut se taire face au péril, sinon il se couvrirait d’une énorme responsabilité (…).

Mais comme tous les prophètes, Marie n’est pas écoutée, même pas dans sa patrie, dans l’Eglise. Dans ce temps il y a sûrement l’œuvre de Satan dont tant de fois Notre-Dame nous a mis en garde ; mais si le Seigneur permet cela, c’est sûrement en vue d’un plus grand bien.

Permettons que ce mystère de grâce se déploie dans le temps, tant que le Seigneur voudra et comme il le désire ; à nous, dont la Sainte Vierge a touché le cœur, d’obtenir dans cette année jubilaire une fidélité toujours plus grande à ses messages, le don de la prière et la paix profonde du cœur.

***

25 juin 1981, vers 18 h 15. Ivanka, Mirjana et Vicka reprennent le chemin Sous-la-colline (Podbro).

- Si c’est la Gospa, peut-être qu’elle reviendra !

A peine arrivées, les trois jeunes filles voient la silhouette lumineuse au même endroit qu’hier, vers le sommet de la colline. Cette fois, elle n’a pas d’enfant dans ses bras.

Vicka court prévenir Marija (la sœur de Milka, la bergère) :

- Elle est là !

Marija la suit, accompagnée du petit Jacov (10 ans). Selon les témoins, ils volent littéralement sur le sol, et en un instant se trouvent au sommet face à l’apparition, au lieu aujourd’hui marqué par de nombreuses croix.

Là-haut, la jeune fille lumineuse leur fait signe d’approcher. Cette fois, les enfants n’hésitent pas…

La femme de lumière est là, douce et souriante, les pieds dans le petit nuage qui lui sert de piédestal, à 30 cm au-dessus du sol. Sa robe est d’un gris lumineux, argenté, indéfinissable. Un voile blanc couvre sa tête ; il laisse voir les cheveux noirs et tombe très bas, en dessous du petit nuage. Tout ce concentre dans le regard des yeux bleus de la Dame. Les voyants sont tout près, à pouvoir la toucher…

Ce 25 juin 1981, la Dame leur parla pour la première fois. Quelles furent ses premières paroles ? Elle dit aux voyants, et à travers eux au monde entier :

- Loué soit Jésus.

C’est le grand message de la Sainte Vierge, la première parole et aussi la plus importante. A chaque apparition sans exception, la Mère de Dieu saluera ainsi : « Loué soit Jésus ». Selon l’exégèse biblique ancienne, toute chose est contenue dans son propre commencement. Il en est de même pour Medjugorje : tout Medjugorje se trouve contenu dans ces premiers moments et ces premières paroles.

Ivanka demande ensuite des nouvelles de sa maman décédée deux mois plus tôt :

- Elle est heureuse. Elle est avec moi.

Les voyants demandent à Notre-Dame si elle reviendra le lendemain. Notre-Dame répond affirmativement par un signe de la tête.

Au bout d’un moment indéfinissable, elle leur dit :

- Au revoir, mes anges.

Puis elle disparaît à leurs yeux. Sa lumière s’éteint après elle. Les voyants se retrouvent là, émus, au bord des larmes.

Il y avait ce jour-là sur la colline 13 autres garçons et filles, montés là-haut par un autre chemin. Un seul vit l’apparition : Ivan Dragicevic, qui s’était enfui hier.

Sur le chemin du retour, Ivanka pleurait de bonheur, témoigne Marinko Invakovic, leur voisin. Il guette le retour des voyants au village. Voilà Ivanka. Elle se jette au cou de sa grand-mère :

- Maman va bien ! Elle est au Paradis ! C’est la Gospa qui me l’a dit !

Impressionné, Marinko se rend à la paroisse pour rapporter l’évènement. Le curé étant absent, le vicaire écoute froidement la nouvelle :

- Qui a le don de voir, à lui de voir, répond-il sentencieusement.

Le ton affiche un total désintérêt. Marinko en est tout interloqué.

Les évènements de ce jeudi 25 juin 1981 sont admirablement relatés dans les deux ouvrages suivants:

- Père René Laurentin, "La Vierge apparaît-elle à Medjugorje?", Editions François-Xavier de Guibert.

- Cyrille Auboyneau,  "Paroles du Ciel", Editions des Béatitudes.

 

 

(Cf. La position de l'Eglise sur Medjugorje + Bibliographie février 2006).

Partager cet article
Repost0
24 juin 2006 6 24 /06 /juin /2006 10:49

Chers amis lecteurs,

Ce jour est un jour de grande grâce pour l’Eglise.

Ce samedi suivant la Solennité du Sacré-Cœur de Jésus est en effet le jour où nous célébrons habituellement la fête du Cœur immaculé de la Vierge Marie.

Rappelons à cet égard le dialogue entre la Sainte Vierge et la petite Lucie, le 13 juin 1917 à Fatima :

- Je voudrais vous demander de nous emmener au Ciel, dit la petite fille.

- Oui, Jacinthe et François je les emmènerai bientôt, mais toi, tu resteras ici pendant un certain temps. Jésus veut se servir de toi afin de me faire connaître et aimer. Il veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. À qui embrassera cette dévotion, je promets le salut ; ces âmes seront chéries de Dieu, comme des fleurs placées par Moi pour orner Son trône.

Que l’anniversaire de la première apparition de Medjugorje, ce 24 juin 1981, tombe providentiellement le jour de la fête du Cœur immaculé de Marie (même si la célébration du Jubilé aura lieu officiellement demain, dimanche 25 juin), cela me paraît prophétique… La Sainte Vierge n’a-t-elle pas encore parlé à Medjugorje de la dévotion à son Coeur immaculé, le 25 octobre 1988 :

« Chers enfants, mon invitation à vivre les messages que je donne est un appel de tous les jours. C'est surtout, petits enfants, que je veux vous rapprocher du Cœur de Jésus ! Petits enfants, voilà pourquoi je vous invite aujourd'hui à la prière de consécration à Jésus, mon Fils bien-aimé. Ainsi chacun de vos cœurs lui appartiendra. Ensuite, je vous invite à la consécration à mon Cœur Immaculé. Je souhaite que vous vous consacriez personnellement, mais aussi en tant que familles et que paroisses. Ainsi tout appartiendra à Dieu par mes mains. Mais priez, petits enfants, pour saisir la grandeur du message que je vous donne là ! Je ne veux rien pour moi, mais tout pour le salut de vos âmes. Satan est puissant, c'est pourquoi, petits enfants, par la prière persévérante, blottissez-vous contre mon cœur de Mère. Merci d'avoir répondu à mon appel. »

Ce 24 juin est également la fête de St Jean-Baptiste, le Précurseur. Et c’est en ce jour aussi que sont ordonnés, au moment où j’écris ces lignes, huit nouveaux jeunes prêtres pour le diocèse de Paris. « Quelle profusion dans tes œuvres, Seigneur ! » a-t-on envie de s'écrier. Quelle merveille pour ces prêtres de recevoir ainsi l’onction sacerdotale en ce jour si beau et si important  pour l’Eglise universelle ! Et quelle joie toute spéciale en ce jour pour tous les enfants de Marie, spécialement consacrés à son Cœur tendre et immaculé !

***

Mais que s’est-il donc passé en ce mercredi 24 juin 1981 à Medjugorje ?

Je ne saurai que trop vous recommander à cet égard la lecture du magistral ouvrage du Père René Laurentin, "La Vierge apparaît-elle à Medjugorje?" (aux Editions François-Xavier de Guibert). Le Père Laurentin y relate en effet les évènements de ce 24 juin 1981, minute par minute pourrait-on dire, avec une foultitude de détails.

Vers 15 heures ce jour-là, deux adolescentes, Ivanka (15 ans) et Mirjana (16 ans) vont se promener. Que vont-elles faire ? L’histoire nous le révèlera bien plus tard… et pour cause ! Elles s’en allaient… fumer en cachette ! C’est dans un grand sourire qu’Ivanka déclara le 25 juin 1986 : « Eh bien oui, nous allions fumer. Nous avions acheté un paquet de cigarettes en ville ! ». On voit que la Sainte Vierge ne choisit pas les "meilleurs", ainsi qu'elle le dira elle-même un peu plus tard…

Sur le chemin du retour, à 50 pas des premières maisons du village, au carrefour d’un petit chemin qui s’enfonce dans les terres, vers l’Eglise, Ivanka voit soudain une forme insolite, là-haut sur la colline : une forme lumineuse. C’est une femme, lointaine, indistincte, là-haut, à 200 mètres peut-être.

- C’est la Gospa ! (Notre-Dame), murmure-t-elle.

- Ca ne peut pas être la Gospa ! réplique vivement Mirjana.

Malgré l’attrait incompréhensible qu’elles ressentent toutes les deux, la crainte l’emporte. Elles rebroussent chemin en hâte, et rentrent au village. Elles rencontrent Milka (12 ans), une voisine qui va chercher ses brebis, à 300 mètres sur le chemin, et partent avec elle.

Au pied de l’autre colline, vers Silici et Krizevac, Ivanka voit à nouveau l’apparition. Elle la voit plus nettement que la première fois : toujours là-haut, sur sa droite, lumineuse, élevée sur un petit nuage qui lui sert de piédestal. Elle semble porter un enfant sur son bras, et d’une invitation de la main, semble leur dire : « Approchez »…

Arrive Vicka (16 ans), une autre voisine d’Ivanka et Mirjana. Les trois filles, tournées vers la colline, lui crient :

- Regarde la Gospa !

Mais qu’est-ce qu’elles ont ? Qu’est-ce qu’elles regardent ? Vicka est irritée : « Quelle Gospa ? Est-ce une farce, ou bien un serpent qu’elles auraient vu ?... J’ai retiré mes chaussures, et pieds nus, je me suis enfuie, en courant comme une folle ».

Arrivée au village, elle s’arrête, et éclate en sanglots. L’exclamation des deux autres : « Regarde la Gospa » lui a déchiré le cœur...

Vicka se sent mystérieusement attirée vers ce lieu qu’elle vient de fuir. Deux garçons passent alors : Ivan Ivankovic (20 ans), et Ivan Dragicevic (16 ans). Rassurée par la présence des deux jeunes hommes, elle retourne au lieu de l’apparition. Celle-ci se manifeste à nouveau. Ivan Dragicevic voit, lui aussi, mais saisis de frayeur, les deux garçons s’enfuient tous deux en courant…

Vicka reste là, fascinée : « C’était la silhouette d’une merveilleuse jeune fille. Elle tenait dans ses bras un enfant. Elle s’occupait de lui, elle le couvrait, puis le découvrait. A plusieurs reprises, elle nous a fait signe de la main : Approchez ! » Mais Vicka n’osera pas… Et l’apparition ne dira rien ce jour-là.

Vicka reste campée là 5 à 6 minutes. Puis la crainte finit par l’emporter : « Je me suis de nouveau enfuie… Où ? Chez moi, bien sûr ! J’étais heureuse et, en même temps, effrayée. J’avais peur, mais j’étais contente. Je me suis jetée sur le divan, et je n’arrêtais pas de pleurer, pleurer… »

L’aventure n’est pas prise au sérieux par l'entourage des enfants :

- Mais vous rêvez mes enfants !

- Vous voyez des soucoupes volantes !

- Ca ne va pas dans vos petites têtes !

***

Deux choses me paraissent remarquables dans ce récit :

- L’apparition de Jésus lui-même, dont on parle peu, dans les bras de Marie ;

- et le fait que Ivan Ivankovic et Milka, qui ont tous deux assistés à cette première apparition, ne la verront plus par la suite. Chaque « voyant » aura en effet une histoire particulière avec l’apparition, et c’est aussi ce qui fait la spécificité, me semble-t-il, des évènements de Medjugorje.

Voilà donc ce qui s’est passé, ce mercredi 24 juin 1981, à Medjugorje. Il y a tout juste 25 ans…

(Cf. La position de l'Eglise sur Medjugorje + Bibliographie février 2006).

Partager cet article
Repost0
26 mai 2006 5 26 /05 /mai /2006 08:42

Medjugorje, message du 25 mai 2006

 



" Chers enfants,

 

Aujourd'hui encore je vous appelle à mettre en pratique et à vivre les messages que je vous donne.

 

Décidez-vous pour la sainteté, petits enfants, et pensez au Paradis.

 

Seulement ainsi aurez-vous dans votre coeur la paix que nul ne pourra détruire.

 

La paix est un don que Dieu vous donne dans la prière.

 

Petits enfants, cherchez, et travaillez de toutes vos forces afin que la paix soit victorieuse dans vos coeurs et dans le monde.

 

Merci d'avoir répondu à mon appel." 

 

Commentaire

Pensez au Paradis ! Quelle surprenante invitation ! Il est vrai que les chrétiens modernes pensent très peu au Paradis, ils se méfient des imaginations naïves et quand ils essayent de s'imaginer la vie du monde à venir, ils sont souvent pris d'angoisse à l'idée de cette espèce de cérémonie religieuse qui ne prendrait jamais fin. L'éternité c'est long, surtout vers la fin, disait un humoriste traduisant combien cette notion échappe à notre entendement.

Mais amour rime avec toujours et ce toujours de l'amour ne saurait contenir la moindre notion d'ennui.

En fait le Paradis est déjà dans nos coeurs dès cette vie et nous avons tous des expériences même très brèves d'un immense bonheur avec Dieu. Penser à ce bonheur c'est l'intensifier, c'est l'anticiper, c'est toucher les arrhes de notre héritage et dès cette vie les dépenser pour le bonheur du monde. Et que sont les ennuis et les souffrances du temps présent à côté de ce bonheur ?

Nous avons un devoir de bonheur, nous devons manifester dès ce monde la présence du monde à venir.

Ephraïm

 

(Cf. La position de l'Eglise sur Medjugorje + Bibliographie février 2006).

Partager cet article
Repost0

PrÉSentation

  • : Totus Tuus
  • : A Jésus par Marie - Un site catholique pour apprendre à connaître et aimer Dieu de tout son coeur et de toute son intelligence.
  • Contact

Cher ami lecteur, tu es le e visiteur. La Paix soit avec toi. 

Ecouter un enseignement sur la foi catholique

Vous rendre sur le blog ami dédié à Claude Tresmontant

Visiteurs actuels